Auditorio para la Orquesta Filarmónica de París

Post 23 - 17 de Abril - Categoría: Auditorios

 

El edificio, construido con una superposición de planos oblicuos en adoquines de aluminio gris, estará en armonía con el entorno de la zona del Parque de la Villette, al nordeste de la capital francesa. Se prevé que estará terminado en octubre de 2012.

 

Image 

 

El coste es de 233 millones de euros para un edificio que tendrá una capacidad total de 19.600 metros cuadrados repartidos en dos niveles e incluirá salas de ensayo, tiendas, biblioteca, una zona para cursos y conferencias y otra para exposiciones.

 

La sala de conciertos de 2.400 butacas será modulable y responderá a una concepción "envolvente" en la que el espectador nunca estará a más de 38 metros del director de orquesta, que tendrá público frente a sí, a sus espaldas e incluso en la parte superior.

 

Su concepción inicial es la de crear grandes plataformas suspendidas dentro del recinto, evocando la inmaterialidad de la música. Nunca se ha realizado tal planteamiento y presenta problemas acústicos interesantes de solucionar y sobretodo estructurales. Pero para la arquitectura actual no hay límites y acabará construyéndose. De momento sabemos que la empresa encargada de la realización del proyecto acústico del recinto es la Marshall Day Acoustics, asociada amb Yasuhisa Toyota de Nagata Acoustics del Japón.

 

La audiencia estará en medio de la música en grandes balcones desvinculados de las paredes. Esto permite poder proyectar todo tipo de iluminación en sus superficies.

 

Aquí tenéis un magnífico video que muestra el interior del recinto tal y como se prevé tenerlo en el 2012.
 

 

Image

 

Hay que recordar que el arquitecto, Jean Nouvel, también diseñó la Torre Agbar de Barcelona y la ampliación del Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid. Si tenéis la oportunidad de estar en el patio de dicho museo, podréis recibir el impacto de la contaminación acústica madrileña. Es de los peores sitios en que uno puede relajarse. Esperemos que le aconseje mejor Yasuhisa Toyota de Nagata Acoustics, para el interior del auditorio.

 

Aquí podéis ver un recorrido que nos adelanta el proyecto.

 

Image 

 

Note d’intention: ambition architecturale du projet:

 

« Dans le mot philharmonie on peut déjà facilement imaginer l’amour de l’harmonie. Nous jouons d’harmonies successives, d’harmonies urbaines. La philharmonie existe comme un événement prestigieux qui entretient des relations harmonieuses avec le Parc de La Villette, la Cité de la Musique et le boulevard périphérique. 

 

Primo: harmonie avec la lumière de Paris, le rai de soleil dans les nuages gris, la pluie… Architecture de reflets dosés et composés, créée par un relief calme, matérialisée par des pavés de fonte d’aluminium dessinant un sol un graphisme esherien.

 

Image 

 

Secundo: harmonie avec le Parc de la Villette, continuité des thèmes tschumiens, abri-jardin horizontal sous le bâtiment, ponctuation-folies, reflets des ombres dans les brillances architecturales et création d’une petite montagne, d’une butte de La Villette, relief minéral parcourable qui, à l’instar des Buttes-Chaumont est un observatoire du paysage urbain.

 

Tertio: harmonie avec la Cité de la Musique par le dessin de plans obliques et pavages de lignes de force déjà initiées.

 

 Image

 

Quatro: harmonie avec le boulevard périphérique et la banlieue par la création d’un signe à l’échelle d’une vue dynamique et lointaine; signe de lumière la nuit: ponctuation du relief, programmes… Un autre type d’accords est à établir avec la musique aujourd’hui et le (la) mélomane que le confort de l’audition devant sa Hifi et ses CD peut rendre paresseux(se).

 

La philharmonie est un lieu ouvert.

 

Primo: le hall et les foyers offrent des plaisirs terrestres qui font qu’ici on peut se donner rendez-vous, passer des heures à flâner dans les boutiques, boire ou manger dans les bistros avec vue sur jardin, lire dans les salons.

 

Secundo: la salle évocatrice des nappes immatérielles de musique et de lumière suspend des auditeurs-spectateurs dans l’espace sur de longs balcons qui offrent des sièges plus larges et plus profonds pour un confort exceptionnel. Cette suspension crée l’impression d’être entouré, immergé dans la musique et la lumière. L’enveloppe « cyclorama volumétrique » reçoit des éclairages choisis en fonction du répertoire. De temps à autre des fenêtres sur le parc et la banlieue peuvent être ouvertes.

 

 Image

 

Tertio: il s’agit de redonner son lustre au concert, à cette expérience unique que représente chacun d’entre eux qui ne sera pas seulement le ravissement provoqué par la musique mais aussi celui, visuel, sensoriel, de faire plaisir, de créer ce désir qui fait les philharmonies les plus prestigieuses. Celle de Paris se doit d’y appartenir. Elle y sera aidée par une esthétique puissante mais calme, marquée par la monomatière de la fonte d’aluminium avec ses nuances de tons nacrés, délicatesse qui ajoute au mystère de la présence de la salle qui, dans les plis gris et argent de l’édifice, luit ».

 

« La salle de concert, enveloppante, est conçue comme un mouvement prolongeant le cheminement depuis le parc, vers les pentes douces des foyers pour aboutir, après le franchissement d’un espace interstitiel aux « nacelles » suspendues dans l’espace dans lesquelles on se love pour la traversée du voyage musical.

 

Le parc s’est déployé pour arriver jusqu’à la salle, ouverte, aérienne, atmosphérique. Les réflecteurs acoustiques étant insérés à l’intérieur même des 31 000 m3 du volume de la salle, permettent d’obtenir une grande proximité entre le public et la scène (32 m du nez de scène au dernier gradin), enveloppant les spectateurs, ils créent un espace intime pour les 2 400 spectateurs.

 

Image 

 

Les principes acoustiques, scénographiques et architecturaux conjugués créent l’instrument d’une osmose entre le lieu et la musique, entre l’oeil et l’oreille. C’est une salle flexible et modulable. Le sol du niveau bas de la salle est totalement transformable sur 44 m de longueur par 20 à 23 m de largeur moyenne en de multiples formes scénographiques: musique symphonique, contemporaine, jazz et musiques du monde. Les réflecteurs acoustiques, en symbiose avec le niveau bas, sont mobiles et orientables. Ils modifient l’espace selon les configurations souhaitées.

 

En pivotant sur leur axe, ils peuvent devenir supports de projections. Le double volume acoustique, caisse de résonance de l’instrument, apporte une flexibilité supplémentaire. Il offre à la musique « spatialisée » un nouvel espace exploitable en plus des plateformes situées sur les balcons. C’est un espace de projection, de résonance et de performance. Un seul espace généreux et atmosphérique se transforme ainsi en une multitude de salles ».

 

Eco de:
The New York Times

Escribir un comentario


Código de seguridad
Refescar

RSS